Japan expo Sud, 9eme vague

Nous sommes reparties pleines d’entrain pour la deuxième année à Marseille afin de participer à la Japan expo Sud. Il faut croire que notre passage à Marseille coïncide systématiquement avec des matchs de foot. Cette année c’était Bilbao qui jouait, et Marseille qui a gagné. Il y avait donc du monde autour du stade Vélodrome le jour de notre arrivée. Comme l’année dernière, nous avons logé à proximité mais nous étions parties sur le Vieux port bien avant le match, nous avions déjà posé nos valises au Palais des Congrès, et déjà transporté tables et chaises pour installer notre stand, tout ça en descendant du train.

Jardin japonais de sable et de pierre

Jardin japonais de sable et de pierre

La Japan expo Sud, par rapport à la Japan expo Paris, ou Villepinte, cela semble petit : trois halls.

Le hall 1, avec la scène Ichigo, où se sont déroulés projections et concerts. Le samedi, j’ai d’ailleurs pu assister au concert de Myo Yamazaki. Nous les avions rencontrés au petit déjeuner, notre hôtel étant situé à un jet de pierre du Palais des Congrès, qui jouxte le Vélodrome. Même s’ils n’étaient pas les seuls Japonais de l’hôtel, et que nous y avions aussi croisés quelques cosplays, ceux-là ils avaient un petit look de j’rockers, même en mangeant leurs croissants.

groupe de j-rock sur la scène

Le groupe de j-rock Myo Yamazaki à la Japan expo Sud

groupe de jrock Myo Yamazaki sur la scène de la Japan Expo Sud

Myo Yamazaki à Japan Expo Sud, Marseille

Dans le hall 2, le plus petit, des commerces classiques, vendeurs de teeshirts et d’alpagas en peluches, de mangas et de sucreries, une petite scène, et un jeu de pacman géant, que vous avez pu découvrir en direct sur notre compte twitter.

un hérisson quelques pandas, des chats, des lapins, tous en peluche, plus un bas avec une tête de panda

Peluches kawaii

Ombrelle blanche aux pivoines beues

Ombrelle aux pivoines bleues

Perruques de toutes les couleurs disposées en arc-en-ciel

Arc-en-ciel de perruques

Il y avait aussi une exposition, consacrée à la « french touch », avec entre autres Thomas Astruc, le créateur de Ladybug.
Le hall 3, le plus grand, possédait un espace dédié à la culture traditionnelle, jeux de go, shogi, danses, mais aussi aussi tout une série de stands autour des jardins : jardin de pierres, reconstitution d’un jardin de bambous autour d’une pièce d’eau- il ne manquait que les carpes koï- réalisé par les services Parcs et Jardins de la ville de Marseille, exposition d’ikebana et de bonsaïs par des associations, comme le bonsaï club de Provence qui avait même apporté un bonsaï d’amandier.

Bonsai

Bonsai

Ikebana printanier à la japan Expo Sud.

Musiciens dont un flûtiste et masque

Orchestre traditionnel dans les allées de la Japan Expo

Et puis, les stands jeunes créateurs et les amateurs, sans autant de délimitation entre eux que dans d’autres conventions, ce qui permettait au public une découverte plus fluide des stands. On trouvait enfin, tout au fond du hall, les jeux vidéo.

Borne d'arcade

Borne d’arcade

Espace jeux vidéo à Japan expo sud

Espace jeux vidéo à Japan expo sud

Cette année notre stand se trouvait dans le hall 3, pas trop loin des arts martiaux, où se sont succédées démonstrations de kendo, de karaté-dô et d’aïkido.

Un kendoka montrant un mouvement au shindai

Démonstration de kendo

Quand un dino s’initie au kendo.

Karatékas en pleine action

Démonstration de karaté do

Nous n’étions pas loin non plus de la scène Sakura, où se déroulaient, en principe, concerts et conférences. Disons en principe puisque j’attends toujours le début de la conférence sur les ikebana. Bien qu’arrivée en retard, j’ai dû me contenter de voir deux dames qui semblaient préparer un ikebana pour le début de la conférence.

Le vendredi soir, alors que nous prenions le métro pour aller nous sustenter dans le restaurant corse que nous avions découvert l’année dernière, un bishonen se précipita vers Chidori, « Vous êtes le Potager enchanté ! Vous venez pour la Japan expo ? ». Je tiens à préciser que Chidori n’avait pas apporté son kimono, n’avait même pas la moindre baguette dans les cheveux, ne portait pas non plus de geta, bref avait le look le moins japonais qu’elle puisse avoir depuis que nous la connaissons. Vous souvenez-vous, l’année dernière, nous avions eu la joie de voir un grand fan nous offrir un fan art. Or, il était venu avec deux amis. L’un des deux s’était arrêté sur notre stand dès le début d’après-midi du vendredi, l’autre… a reconnu Chidori dans le métro. Malheureusement, comme nous avions une réservation et étions déjà un peu en retard, nous n’avons pas pu parler longtemps. Lui-même pensait ne pas pouvoir se libérer du week-end, étudiant, travaillant le week-end. Nous semblions être sa petite part de Japan expo arrachée par hasard à l’adversité. Nous avons eu le plaisir de le voir apparaître en coup de vent le dimanche.

Et puis nous avons croisé une créatrice de bande dessinée en cosplay vénitien, deux dinosaures  -le bleu a d’ailleurs pris un cours de  kendo, si si ! des ados maquillés en faons.

Cosplays posant devant un fond de cadrage de manga

Personnages IRL

Uchiwa Samitai, auteure de Le médaillon, dans le cosplay d’un de ses personnages.

Le public cosplayé au soleil.

Cosplays prenant lair à la Japan Expo Sud

Sur le stand, vous avez été nombreux à vous arrêter, à admirer, ce qui nous a fait très plaisir, à faire des emplettes, en particulier de boucles d’oreilles en origami. Merci pour vos encouragements. Merci à ceux qui sont revenus. Merci aussi aux Marseillais et à leur gentillesse, qui m’ont permis de retrouver mon chemin, alors que je n’avais plus de batterie à mon portable , marchande de glaces ou pharmacien du coin de la rue de Paradis, à l’agent de la RTM* qui nous a aidé à descendre nos valises dans le métro. Nous qui sommes parisiennes et connaissons notre regrettable réputation de faire la tête et d’envoyer bouler tout le monde, nous avons été sensibles à leur patience et à leur disponibilité.

La foule se presse devant notre stand

A l’année prochaine

 

*Régie des Transports Métropolitains

 

Les commentaires sont clos.