Paris Manga et Jonetsu : le résumé tardif

C’est avec un peu de retard que je me mets à ce petit post pour vous raconter nos deux premières conventions de l’année.
Nous avons ouvert le bal, début février, avec Paris-Manga. Midori et moi avons pu étrenner nos magnifiques kimonos, achetés directement au Japon. Malgré l’épais tissu, nous sommes mortes de froid. En effet, les stands amateurs se trouvaient contre l’un des murs et les courants d’air étaient horribles. Sous le kimono, nous avons cumulé les couches, nous faisant ressembler à des bibendum. A part cela, cela nous a fait du bien de nous remettre dans le bain après l’hiver. Nous avions quelques nouveautés côté goodies. Vous pouvez en effet trouver sur notre stand des boucles d’oreilles en origami (grues, poissons et kimonos) faits avec amour par Midori et moi. Ce fut aussi le retour de notre poule qui a eu un franc succès, si bien que le dimanche, nous avons été en rupture de M&Ms !!

photo pm 2015

Puis, le 28 et 29 mars, nous avons tenté la première édition de la convention Jonetsu, située dans le 13e arrondissement de Paris, dans une petite salle, où nous avons été superbement bien accueillis. Croissants et déjeuners étaient offerts et nous avons même eu droit à du café le dimanche. Nous étions contentes de découvrir que nous étions le plus premier stand, jusqu’à ce qu’on se rende compte qu’étant situé directement dans le hall d’entrée, nous étions, une fois encore, en plein courant d’air. En conséquence, j’ai passé mon week-end en doudoune, sans réussir à me réchauffer et Midori est tombée malade après. Ce n’était pas très beau à voir.
Cette fois-ci, nous avions prévu assez de M&Ms mais la poule n’a pas eu tant de succès. La convention, bien que très sympathique, ne correspondait pas à notre public habituel. Celui-là était essentiellement masculin et notre univers ne semblait pas vraiment à sa place, avec ses chibis et ses boucles d’oreilles. Heureusement, le dimanche a vu plus de curieux venir, et donc il y a eu un peu plus d’activités. En tout cas, pour les visiteurs, la convention offrait de très nombreuses animations et un programme de conférences très intéressant.
Et puis, il y a eu ce grand moment, en fin de convention. Nous étions en train de ranger le stand quand, alors que je pliais une dernière fois la nappe, Chidori pousse un cri d’horreur et bondit en arrière. Je la regarde, suis son regard et je la vois : une araignée, énorme, velue, fonçant vers la nappe. Du coup, c’est moi qui pousse un cri en bondissant en arrière. Midori s’est tournée vers nous pour savoir ce qu’il se passait et, très courageusement, nous lui avons expliqué en opérant un repli stratégique avec nos valises, loin de la monstruosité. Et là, on se retrouve toutes les trois à fixer la nappe qui cache l’immonde araignée. Il ne restait plus que cela à ranger, mais aucune de nous n’étions prêtes à faire un mouvement, alors qu’autour de nous, c’était l’effervescence.

Finalement, un des membres de l’association est arrivé en demandant s’il pouvait reprendre sa table Penaudes, nous lui avons expliqué notre problème. Il ne s’est pas moqué de nous, a attrapé notre nappe et s’est dirigé vers la sortie, Chidori sur les talons, histoire de bien vérifier que l’araignée aura bel et bien disparue. Une fois la nappe rendue, la question restait de savoir qui allait bien pouvoir la prendre dans sa valise. Normalement, c’était à Chidori. Mais ayant peur de la possible ponte d’oeufs de l’araignée dans la nappe, elle a bien sûr refusé de la prendre. Midori lui a bravement proposer d’échanger avec la sienne.
Sacré moment tout de même !

Les commentaires sont clos.